Données géographiques et démographiques
     Le blason
Mousséens et Mousséennes habitent ce charmant petit village situé au nord de la France dans la région Champagne-Ardenne. Moussey est situé a 10 kms de Troyes, la préfecture départementale de l'Aube et fait partie du canton de Vendeuvre sur barse.
Cette localité est entrée au Grand Troyes en janvier 2012. 
D'une superficie de 7,25 km²(725 hectares), sa latitude est de 48.214 degrés Nord et sa longitude de 4.096 degrés Est. Son altitude moyenne est de 126 métres (Min:112 m;Max:139 m).
Le recensement de mars 2014 indique 615 habitants soit une augmentation de 54,1 % par rapport à 1999 où seul 300 habitants étaient recensés.(2006:471; 2007:496 et 2009:545).
 La densité de population du village est de 84.82 habitants par km².
Le code postal est le 10800 et le code INSEE est le 10260.
Pour se plonger dans le Moussey de 1893, suivez ce  .            ! 
Parti : au 1er de sinople à la fasce ondée d'argent et à l'épée renversée d'or brochant sur le tout ; au 2e d'argent au lion de sable, couronné, armé et lampassé d'or; au chef d'azur à la face d'argent côtoyée de deux doubles burelles potencées et contre potencées d'or.















Couleur verte = commune boisée 
L'épée = attribut de St Martin 
L'onde (entre les parties vertes) = L'hozain 
Le lion couronné = dans les armes des "Mesgrigny"  
Les 2 frises horizontales = frises de la Champagne
 
L'Histoire de la commune
LA PAROISSE 
 
La paroisse comprenait autrefois Villemereuil, Bierne, Savoie et Villetart. 
La cure existait déjà en 1287. 
A la fin du 18è siècle, le presbytère possédait 3 arpents (12600 m² environ) composés de potagers, parterres, vignes, vergers, bosquets et viviers.  
De nos jours, il n’est plus habité. Le curé vient de Bouilly pour l’office du dimanche qui a lieu 4 à 5 fois dans l’année. Les autres dimanches, la messe a lieu dans un des villages de la paroisse Bouilly-Moussey. La commune de Villemereuil participe à l’entretien de l’Eglise dans la proportion d’un tiers. 
 
ST MARTIN 
 
Le patron titulaire de Moussey est St Martin (statue en pierre du 16è siècle dans la nef de l’église). Le patron de dévotion est St Cler ou Clair, évêque et martyr. Sa fête, le lundi de la Pentecôte était un jour de fête communale, jour de repos sur tout le territoire de Moussey. 
A cette date, en effet, un assez grand nombre de pèlerins se rendaient autrefois à la Chapelle construite sur la fontaine qui portait son nom. Ses eaux avaient, selon les croyances d’alors, la propriété de guérir les maladies des yeux. St Clair était aussi le patron des tailleurs de pierre exposés, par leurs travaux, à des accidents provoqués par la poussière du sciage des blocs de craie ou par la projection, lors de la taille, de petits éclats. 
HISTOIRE ET DEMOGRAPHIE 
 
Anciennement Muccium (1037), le fief de Moussey, de la Châtellenie d’Aumont (anciennement Isle), a appartenu du 11è au 14è siècle à des seigneurs particuliers (Moussey, Montigny, Bleuse, Putemonoie, Monceaux, Gray …) dépendant eux-mêmes du Comte de Champagne. 
En 1388, il est rattaché à la seigneurerie de Villebertin. 
Une information faite en 1623 sur le revenu des habitants de Moussey, constate qu’ils avaient depuis longtemps « droit d’usages » sur les bois d’Isle. 
Leur part était limitée à 300 arpents (126 ha environ) dont 30 arpents en commun avec les habitants de Villemereuil, de Bierne et de Savoie qui étaient de la même paroisse. La répartition donnait « un demi-quartier » environ à chaque habitant. Ils ne pouvaient vendre leur part qu’à des usagers des mêmes bois. Ils avaient le droit d’y emmener le bétail, s’ils le voulaient, et d’utiliser les pâturages. 
Du début du 16è siècle à la fin du 18è siècle, les deux fiefs de Moussey et de Villebertin appartiennent à la famille de Mesgrigny. 
L’ancien village de Savoie qui comportait un château, devient commune sous la Révolution. Son état civil est réuni à celui de Moussey en 1793. 
En 1787, Moussey, comptait 208 habitants, dont 12 laboureurs et 38 manouvriers pour 47 feux. 
Cent ans plus tard, on comptait 276 habitants pour 86 maison, six écarts, 73 chevaux, 43 véhicules à 2 roues, 2 véhicules à 4 roues, 160 bêtes à cornes, 687 moutons, 30 porcs, 92 fours à pains, 80 puits. 
L’EGLISE ST MARTIN 
 
L’Eglise St Martin de Moussey est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1926. 
Petite, sans voûte, comportant très peu de décorations architecturales, elle n’en est pas moins remarquable par son plan et la simplicité de son style. 
Elle date de la dernière moitié du 12è siècle. 
Construite sur plan rectangulaire, elle comporte un porche embrassant les travées de 3 nefs que terminent des absides circulaires avec voûte en cul de four, excepté sur le collatéral du nord où elle a été reconstruite et remplacée par un mur droit. 
Le porche est une curiosité archéologique. Il est fermé par un simple mur de 0,70 m d’épaisseur, couvert d’un toit en appentis s’appuyant sur le mur du pignon de la nef centrale. D’après Viollet-le-Duc il est établi sur les données cisterciennes et paraît remonter à l’origine de l’ordre des Citeaux. 
Nef et collatéraux comportent cinq travées. Les arcades sont en plein cintre, sauf les 3 dernières côté nord qui sont ogivales (monument de transition). Les piliers sont carrés. Les fenêtres de la nef sont romanes, celles des collatéraux ont été élargies à la fin du 19ème siècle. 
 La première travée du chœur a une voûte du 16ème siècle, la seconde comprend la base de la tour et forme avec deux chapelles latérales une apparence de transept. 
La tour, haute de 16,50 m est percée de fenêtres romanes. Cette tour fut consolidée au 19ème siècle au moyen de colonnes de fonte et par le doublement de l’épaisseur des murs. 
Cette église est presque toute entière construits en silex et en terre ; les pieds-droits et les archivoltes des baies sont cependant en craie. 
Signalons encore qu’elle possède un orgue à rouleau classé à l’inventaire du mobilier historique. 
Pour compléter cette présentaion de l'église, nous vous invitons à consulter une brochure détaillée à la mairie.
                                                                     LE CHATEAU DE VILLEBERTIN

Autrefois château féodal, le château de Villebertin, dans son état actuel, semble dater du début du 19ème siècle. Les dépendances construites en pan de bois (Moulin) ou en pierre (écuries) forment un ensemble remarquable. Le dernier propriétaire, Monsieur B. du Parc est mort sans descendance en 1982. Depuis cette date le château est resté inhabité. 
Avec son par cet ses 280 ha de culture (ferme de la Creuse), il appartient actuellement à la Société Civile Immobilière de Villebertin. 
GEOGRAPHIE
SITUATION :

 Le village de Moussey est situé sur une petite colline (altitude moyenne de 130m) en pente douce vers la vallée de l’Hozain (altitude de 115m au château de Villebertin) à 11 kms de Troyes et à 10 de Bouilly.
COMPOSITION DU SOL :
 
Le sol est constitué de craie inférieure, bleuâtre et marneuse vers sa base, recouverte en génral de terre détritique crayeuse (détritus tertiaires) et de gravier dans la partie orientale. 
 COURS D’EAU :

L’Hozain traverse l’extrémité est du territoire de la commune. Les petits ruisseaux de la Fontaine Gelin et de l’Ousse se jettent dans la Mogne. 
Il existe deux sources à Moussey. L’une dite de Saint Martin alimente le lavoir actuel, l’autre dite « de Pasquier » se trouve plus au Sud en limite du terrain de foot. Actuellement enfouie dans un bosquet, la mairie projette de la faire dégager. A Savoie, deux autres sources, dont l’une alimente le lavoir, forment un petit ruisseau qui va se jeter dans la Hurande. Ces sources ne tarissent pas. 
Les puits, creusés dans la terre jaune et le tuf bleu (craie marneuse inférieure), ont une profondeur moyenne de 8m. ils donnent toujours, même dans les périodes de sécheresse, une eau pure et abondante fournie par la nappe existante entre la craie et les argiles inférieurs. 
Un syndicat intercommunal pour l’adduction d’eau a été formé en 1934. L’adduction d’eau a été réalisée en 1942. Le syndicat qui comprend actuellement 3 communes (Buchères, Isle-Aumont et Moussey) a obtenu que le tout à l’égout soit installé en 1985. 
Comme dans la plupart des villages anciens du département, les constructions ont été conçues et implantées en fonction de l’orientation. 
Prenons ici l’exemple du CD 85 des Noës à Fouchères : les habitations, perpendiculaires à un axe Nord Ouest – sud Est, présentent un pignon sur rue tandis que les bâtiments utilitaires, les granges ou ateliers sont généralement implantés au fond des cours, parallèlement à la voie d’accès. 
Les façades principales sont orientées au Sud sur cour tandis que les façades arrières, recouvertes de grands toits (basses gouttes) sont orientées au Nord en limite de parcelle. 
La rue présente ainsi l’aspect d’une alternance de pignons et de croupes reliés par des murs de clôtures souvent surmontés de grilles en fer forgé, laissant apparaître les cours intérieures. 
RESSOURCES
SITUATION :

 La terre rougeâtre ; d’excellente qualité permet toutes les cultures ainsi que la plantation d’arbres fruitiers, particulièrement des noyers. 
Dans la partie Est (Vallée de l’Hozain), le sol contient une assez grande proportion de gravier. Il était autrefois planté de vignes. 
La commune possède actuellement 518 ha de culture répartis entre une dizaine d’agriculteurs.
MINERALES :
 
Une gravière existait près de la ferme dite « La Creuse » .
INDUSTRIELLES :
 
Constituée en 1970, la Société Drujon ( contructions en maçonnerie – ancien artisan installé en 1912 à Moussey) emploient 50 personnes environ, résidents à Moussey ou dans les villages environnants.
                                                                                ARTISANALES :  
Il existait autrefois 10 artisans à Moussey :  
-1 maréchal ferrand, 1 charron, 1 serrurier, 2 mécaniciens auto, 1 bourrelier, 1 cordonnier, 2 maçons et 1 menuisier. 
LA CONSTRUCTION
TRADITIONNELLE :

Presque toutes les constructions étaient en bois et terre. Le mortier de chaux et sable était ordinairement remplacé dans presque toutes les communes du canton par de la terre jaune diluvienne et des détritus crayeux extraits de la terriers locaux. 
Pour la base des murs, on faisait usage de pierre de Fouchères ou de lumachelle de Chaource. 
Il existe encore de nombreux exemples de ce type de construction à l’intérieur du village. 
 Au 19è siècle apparaît la brique : employée seule ou en alliance avec la pierre
 CONTEMPORAINE – LES LOTISSEMENTS :
 
Comme dans beaucoup de communes, l’implantation des lotissements à l’intérieur de l’agglomération a eu comme conséquence le bouleversemenr du cadre de vie traditionnel par :  

   - une urbanisation en rupture complète avec la morphologie ancienne du village. 

   - L’apport d’une population nouvelle contrainte d’émigrer quotidiennement vers Troyes pour y chercher un travail qui n’existe pas sur place. 
Une gravière existait près de la ferme dite « La Creuse » .
EQUIPEMENTS
LA MAIRIE :

Il existait une maison commune en 1807. La Mairie actuelle a été construite en 1869 ainsi que le logement de pompe qui lui est attenant. Le Conseil Municipal qui y siège comprend 15 membres (depuis 2008 car + de 500 habitants) dont 6 femmes. Une secrétaire de mairie assure des permanences.
LES ASSOCIATONS :  

- Sportives :  
      o Compagnons de St Martin – Tennis de Table 
      o Foot 2000 
      o Société de chasse 
      o Danse country 

  - Familiales :  
    o Association Familles rurales qui organise des séjours pour les enfants.
      o Club des aînés pour le 3ème âge.
      o Les Mordus du Théâtre.

 - Amicale des Sapeurs Pompiers.


Voir la page 'Vie associative' de ce site pour de plus amples renseignements.


L’ECOLE :  

En 1530, il y avait déjà un maître d’école. En 1789, il percevait des gages dont une moitié payée par la paroisse et l’autre moitié par les habitants. 
Construction d’une maison d’école en 1827, qui est vendue en 1184. 
L’école actuelle (1884) ne comprend qu’une seule classe et un logement à usage d’habitation qui était auparavant un logement de fonction. 
Une deuxième classe a été construite dans la cour en 1956.

LES COMMERCES : 

Il existait autrefois à Moussey :  
- 1 boulanger 
- 1 boucher 
- 2 épiciers 
- 3 cafés 
- Pour ravitailler les villages voisins, le boulanger, l’épicier et le boucher se déplaçaient en voiture à cheval, puis par la suite en camionnette équipées de frigorifiques. Les gens avaient l’habitude d’être livrés à domicile. 
- Puis les commerces ont fermé petit à petit. Les frais de déplacements en camionnette étaient devenus trop importants et une grande partie de la clientèle avait disparu. De plus en plus d’habitants travaillaient à troyes et se ravitaillaient sur place. Le dernier commerce subsistant à Moussey, l’épicier-boucher a fermé en 1979. 
- Quant aux 2 cafés, ils ont disparu depuis environ 45 ans (1970) .
SALLE DES FETES :
 
Construite en 1929, elle est mise à la disposition de la paroisse et des associations locales.
LE LAVOIR :  

Construit en 1861 sur l’emplacement de l’ancienne source de St Martin, à l’entrée du village en venant de la route de Chaource, il a été remis en état récemment par la commune. Il existait également un lavoir à Savoie sur le ruisseau du même nom. Sa structure a été déplacée au stade de foot.
LE CIMETIERE :  
Situé autrefois devant l’Eglise, il a été déplacé en 1906 et se trouve actuellement à la sortie du village sur la route de St Léger. 

BIBLIOGRAPHIE :  
M.A LEYMERIE (1846) Statistique géologique et minéralogique du département de l’Aube. 
A.ROSEROT (1942) Dictionnaire historique de la Champagne Méridionale (Aube des origines à 1790) 
P.LESCUYER (1884) Géographie du département de l’Aube 
C.FICHOT (1884) Statistique Monumentale du département de l’Aube 
G.HINGOT (1973) L’Aube étude géographique 
La Vie en Champagne n°237 Octobre 1974.

TERRAIN DE SPORTS : 

Jusqu’en 1974, le terrain se situait sur la route menant à Buchères dans la côte. Depuis cette date, le terrain a été transféré à la sortie Sud du village, sur la route de Villemereuil. Un vestiaire a été construit et inauguré en 1986.